Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
alaia64.over-blog.com

blog de voyage sans prétention pour ceux qui ont envie de nous suivre

De Papeete à Huhaine

Accueil à l’aéroport de Papeete par Manu Daguerre à la mode Polynésienne avec des couronnes de fleurs, «on y est !!! »

Vous pouvez passer du fromage, le contrôle est fait à la Tahitienne,

Manu nous amène a l’auberge de jeunesse (clientèle « vieux » bobos routards), découverte du beau marché de Papeete.

Achat du bateau

Découverte d’ALAÏA, (la joie, le bonheur en Basque,)

 Inventaire et démarches administratives pour régler la vente:  ça y est , on vient d’acheter  notre premier bateau…

Alaïa  est à nous pour au moins 6 mois… Merci à Thomas de nous avoir conforté dans le choix d’acheter, sans le voir,  ce bateau sur lequel il a navigué  plusieurs mois, donc pas de surprise…il est super équipé et en très bon état….

Manu et Claudine font la première nuit dans le lagon avec nous. Sur le trampoline jusqu’à l’averse nocturne 

 ils sont là aussi pour le premier passage de passe… bon ca y est, c’est fait… De chaque coté les vagues déferlent sur la barrière de corail, c’est magique, surtout quand on est entourés par une course de pirogue… ca fait un peu boat people, mais l’ambiance est au beau fixe …

 

Nuit au mouillage du port de Taina, sous la pluie ; l’ hiver n’arrive qu’en mai…

Mooréa et Philippe Guéry

Navigation de 2 h pour Moorea, au portant, le bateau marche bien. Mouillage dans la baie d’Opunohu, où nous sommes invités à dîner (joli déco avec des fleurs d’hibiscus,  et délicieux) à la pension de Philippe Guéry   (moniteur de plongée à Moby Dick jusqu’en 2006) ; il n’a pas changé, toujours le même humour …

Il est propriétaire du Fare  Vaihere (www.farevaihere.com), un ravissant gîte de plusieurs bungalows nichés dans la verdure sur le bord de la baie. Super accueil, lieu magnifique, et la baie de prédilection des baleines à partir de mi-juillet…Tout pour plaire … on reviendra

Un petit tour de l’île en scooter, le temps ne se prête ni a la marche ni à la nage ; visite  du site TIKI ,  diners spectacles  et petites expositions sur la culture Polynésienne, pensée émue pour notre TIKI d’HENDAYE (pour ceux qui ne connaissent pas, resto sur la place de la mairie, y manger toutes affaires cessantes), aussi accueillant …

Vue panoramique du belvédère sur cette île magnifique, ici ça marche à fond les quads pour touristes… parmi les champs d’ananas .

Coup de vent à 45 Nœuds, dans la nuit sans lune, on voit devant nous un bateau qui dérape sans personne à bord,il  nous passe à 10m ; appels de lumière au propriétaire du bateau derrière nous, nous assistons impuissants à une rencontre inévitable, mais la lumière a réveillé le propriétaire, on l’entend hurler, puis il appelle un copain … on voit une annexe remonter le courant, accoster le bateau « fantôme », un homme se hisser à bord et rallonger l’ancre… Il est passé à 2m du bateau de Renaud qui est venu nous remercier le lendemain…Le tout a duré une heure, moteurs en route embrayés en avant , mais c’est un bon baptême pour notre 3ème nuit au mouillage … il tient !!!

 

UHAINE

Le lendemain départ à 3 H du matin pour Huahine, au portant sous code 0. 

Heureusement, il  y a du vent car le moteur tribord cale dés qu’on embraye en avant, il doit y avoir un filet dans l’hélice, on verra ça à l’arrivée. Dans la série loi des emmerdes, la pompe de cale bâbord se déclenche et les réservoirs d’eau se sont vidés dans la cale; le temps de gouter l’eau (chaude et douce) pour faire le lien: le chauffe-eau s’est débranché. On arrive a 17h30, parfait, avant la nuit, par la passe de FARE; un super vent, du soleil, on s’est dit «ça existe » … nuit paisible au mouillage devant le village.

Après quelques courses et le plein d’eau, on part à l’exploration du Lagon  

Nuit devant la baie de Bourayne, pénards, seuls au monde, a poil sur le bateau (presque, un vieux monsieur Polynésien nous a avoué avoir bien maté de la plage avec ses jumelles), on ne lui a pas fait payer, car il nous a fait rire..

La panne d’essence et les raies mantas: un peu excités par notre quête des raies,  on a oublié de remettre de l’essence dans l’annexe, mais on avait les rames, on a donc remonté le courant, à la rame, sous le soleil, à 14h, sur ½ mile … Alain n’y croyait pas , mais on l’a fait !!! on est cons mais on est bons à la rame, j’avais la force pour ne pas me  voir dériver dans le lagon pendant l’heure de la sieste à attendre un improbable sauvetage, on a sa fierté! Bon ça s’est fait, on n’oubliera plus ; pour les raies on les a vu le lendemain, dans la baie d’Avéa, au Sud de l’île, 

Un vrai ballet.

La gentillesse des polynésiens: ce n’est pas une légende,  ex ; un couple m’a  pris en stop, fait un détour de 20 bornes , et en plus offert des légumes et une pastèque.. «ça nous fait plaisir» et à moi donc ! ça existe, et pas intéressés par l’invitation à bord … ici , pas de vouvoiement, on adore.

On est resté plusieurs jours dans la baie d’Avea où on a fait quelques jolies rencontres:

- avec un couple de retraités qui fait pousser des plantes médicinales, qu’ils donnent, car ici la médecine par les plantes est illégale; en échange ils demandent aux gens de faire pousser des plants chez eux . on discute une heure, et le lendemain ils te font la bise quand ils te croisent..

Avec un retraité de l’armée qui fait de la coprah (noix de coco séchée) pour le monoï pour; lui il a fait le tour du village pour nous attendre dans sa cocoteraie pour nous montrer comment ouvrir les noix jeunes; surprise , car on fauchait une noix de coco sur le bord quand on entend «  Alain , Alain, » on a beau savoir que ca se fait  on se sent un peu pris la main dans le sac !

On se régale avec le jus de sa noix ouverte sur place. Un conseil, ne les laissez pas ouvrir plus d’une , elles contiennent plus d’un litre quand elles sont fraîches …

La politique : Ils sont en pleine élections, ça chauffe dans les familles, ils sont peu nombreux alors vous imaginez quand la grand-mère a été recrutée par Gaston, alors elle ne peut plus s’occuper du restaurant familial qui est pour l’autre bord à la tête duquel est de fils de … Gaston (Flosse).

Qu’est ce qu’on fait : on nage : dans le lagon, pas de danger. On monte au récif avec l’annexe et on se laisse dériver en nageant, annexe tenue par un bout, 

Là c’est un spot sympa, on traîne. On se déplace en annexe, on ramasse des noix de coco, que l’on essaie d’ouvrir oups !!!

 

Courses au marché local : papaye, avocats et pamplemousse énormes, bananes, lait de coco, thon rouge vendu sur le trottoir dans des glacières… et on déguste

 

On a ralenti le rythme, un peu, mais le cadre choisi aide bien …

Demain on part pécher avec un local ; on vous racontera….

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
SUPER ET BRAVO A VOUS. VIVE LES AVENTURES AVEC ALAIA. BISES OCÉANES.
France et Henri
Répondre
N
Pendant que nous subissons ce printemps de m...., pour vous c'est la belle vie et c'est tant mieux
J'espère que tu as fait une grosse bise de ma part à Marguerite.
Bon vent!
nicole
Répondre
L
Génial de suivre toutes vos aventures. Vous êtes extras ! Photos et paysages magnifiques. Bisous à tous les deux
Répondre
B
Le rêve en réalité ! Profitez bien ! Bises famille Bonnet
Répondre
P
Bonjour à vous deux,
Je vous suis avec plaisir. Vieux souvenirs de 1989 dans ces iles de rêve... Mais vous verrez, les Marquises c'est encore plus....Waouhhh. Bises et bon vent !
Répondre